'Histoire passée sur la fenêtre' «CBS DC

Par Dan Reardon

L'AT & T Byron Nelson a une nouvelle maison. Joué au TPC Four Seasons Las Colinas à Irving, au Texas, depuis le milieu des années 1980, le tournoi se déplace au Trinity Forest Golf Club à South Dallas

Le parcours conçu par Bill Coore et Ben Crenshaw offrira aux joueurs une expérience très différente qu'ils ne sont habitués au Byron Nelson et ailleurs sur le PGA TOUR. Ouvert en 2016, Trinity Forest présente de nombreuses caractéristiques du golf de type links: ondulations, étendues ouvertes, dunes et vent. Peut-être que tout ce qui manque est l'odeur de sel dans l'air.

Billy Horschel est le champion en titre, bien que le changement de lieu neutralise cet avantage. Il sera de nouveau sur le terrain, avec Hideki Matsuyama, Jordan Spieth, Sergio Garcia et d'autres.

Depuis plus d'un quart de siècle, Peter Kostis fournit une analyse de la couverture de le Tour PGA. L'un des instructeurs de golf d'élite du pays, Kostis offre des pannes de swing uniques tout au long de la couverture du tournoi.

Cette semaine, il intervient sur AT & T Byron Nelson et les débuts de Trinity Forest. >> REGARDER: AT & T Byron Nelson Diffusion en direct

On a déjà beaucoup parlé, à la fois positif et négatif, du nouveau lieu du Nelson. Parlez de la forêt de la Trinité.

Tout d'abord, je ne perds pas mon ironie du nom de 'Trinity Forest' et pourtant il n'y a pas d'arbre sur le terrain de golf, pas un seul arbre sur le terrain de golf. Le design est très différent de ce que ces gars font face à une semaine sur le Tour. Ainsi, pour beaucoup d'entre eux, il y aura un choc culturel quand ils verront la disposition.

Coore et Crenshaw ont fait un travail fantastique en construisant un terrain de golf adapté à l'environnement dans lequel ils étaient construits. qui est une ancienne décharge. Les règlements leur interdisaient de planter des arbres. Donc, ils étaient limités dans ce qu'ils pouvaient faire avec. Ils ont fait un parcours de golf très intéressant.

Cela dit, les joueurs du PGA TOUR sont des créatures d'habitude. Ce sera très intéressant pour moi de regarder, pas tellement cette année, mais dans les années qui suivront, que les joueurs l'embrassent ou s'y opposent

Un parcours sans rough, sans arbres, pas d'eau est le contraire de ce que nous avons vu il y a une semaine. Mis à part les vents du Texas, comment le cours vous met au défi?

Si le vent souffle, ce sera un problème. Mais surtout, ce sera la stratégie d'apprendre les lignes du tee et d'être capable de gérer les greens. Normalement, les joueurs aiment jouer un tour et demi au maximum, et ce n'est pas suffisant pour apprendre le terrain de golf. Il sera donc intéressant de voir comment ils manipulent les angles et comment ils perçoivent les rebonds et les contours des verts.

>> PLUS: Entrevues avec des experts du golf

Vous parlez des joueurs qui apprennent le cours, mais vous voyez ce cours pour la première fois. Comment vous êtes-vous préparé pour la semaine à la Trinity Forest?

J'ai déjà commencé mes devoirs l'année dernière. Pendant le Nelson il y a un an, Gary McCord et moi avons fait un voyage à Trinity Forest et sommes allés sur le terrain de golf à quelques reprises pour essayer de se faire une idée de ce qui se passait. Et c'était un choc. C'était tellement différent de tout ce que vous allez voir au Texas. C'est tout à fait différent de tout ce que nous avons jamais vu.

Je ferai plus de travail cette semaine, surtout autour des complexes verts, car ils sont très vallonnés et très sophistiqués. Et vous devrez trouver rapidement dans quelle direction la balle va se briser et rebondir.

Un nom important dans le domaine est Jordan Spieth. Vous avez vu Jordan jouer cette année sans victoire. Ce qui semble être le problème?

Il était malade à l'intersaison. Et c'est à ce moment-là que Cameron McCormack et son entraîneur aiment participer à ce que nous appellerons «l'entraînement printanier». Ils n'ont pas eu l'occasion de jouer [because]il n'a pas pu jouer pendant un moment. [19659003] Il a passé moins de temps à travailler sur ses fondamentaux, en travaillant sur sa technique et d'autres améliorations à son jeu de golf. Donc, d'une part, je ne changerais rien. Je lui donnerai simplement plus de temps.

D'un autre côté, je vois des différences dans son coup qu'il devra aborder pour le ramener au niveau de sa carrière au PGA TOUR. Il frappe trop sur ses putts, et ce n'était pas le cas quand je l'ai vu faire de son mieux.

Que diriez-vous d'un ou deux autres noms qui pourraient vous convenir?

Tout d'abord, les deux scénarios de la semaine vont être Jordan Spieth et le terrain de golf. J'espère vraiment que Jordan fera la coupe, alors nous pourrons le regarder, et la foule de sa ville natale peut le voir le week-end. La cuisine à la maison est un bon moyen de sortir d'une récession.

Jordan a joué ce terrain de golf probablement plus que quiconque dans ce domaine. Donc, il a un avantage distinct là-bas. Cela dit, j'aime bien Ryan Palmer, qui vit à Fort Worth. Il connaît les vents du Texas. Il joue bien. Son vol de balle est très bon pour ce terrain de golf.

Après cela, je prendrais probablement des bombardiers. Certains gars peuvent vraiment le faire, parce qu'il y a beaucoup de place. Selon la façon dont ils s'éloignent du parcours, la galerie pourrait séparer le fairway de l'herbe longue. Les gros frappeurs auraient un net avantage

Qu'en est-il d'un choix pas si évident pour la semaine? Keegan Bradley a bien joué la semaine dernière, et il a gagné le Nelson.

L'histoire du tournoi de Byron Nelson est jetée par la fenêtre cette semaine. Cela n'a aucune valeur. Titulaire du record du cours? Cela ne fait aucune différence. Ils n'ont pas d'histoire. Personne n'a d'histoire. J'irais donc peut-être avec Marc Leishman. Et [since] J'aime les Floridiens quand ils jouent en Floride, [because] ils sont habitués aux herbes, j'aime les Texans [here]. Jimmy Walker a bien joué il ya une semaine, et il vit à San Antonio, alors j'irais avec Jimmy Walker aussi.

Dan Reardon a couvert le golf pour la station de radio KMOX à St. Louis pendant 33 ans. Au cours de cette période, il a couvert plus de 100 événements, notamment des tournois majeurs et d'autres tournois PGA, LPGA et Champions Tour. Au cours de sa carrière, Reardon a mené des entrevues individuelles avec trois douzaines de membres du World Golf of Fame. Il a contribué à de nombreuses publications au cours des années et co-écrit le livre Golf's Greatest Eighteen de Random House. Reardon a été directeur des relations avec les médias pour les événements de la LPGA à St. Louis et à Chicago pendant 10 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *