Actualités

Golf – World Cup – Langasque : « On aurait signé pour le par sans jouer »

Satisfait de cette journée dans le par ?
« Oui et non. C’est vrai que j’ai pas été très bon sur les fers, j’ai raté cinq ou six fois du mauvais côté, du coup Victor avait des chips compliqués. Et puis dès le trou n°2, on a un mauvais lie dans le bunker, on prend double dans la gueule d’entrée donc ça partait pas très bien. Après le parcours s’est bien défendu, les drapeaux étaient injouables. Mais on finit sur un super birdie au 18 et terminer le par en foursome, c’est un résultat pour lequel on aurait signé en début de journée.

Qu’est ce que vous vous dites à ce moment-là ?
On est resté patients, on s’est dit qu’il fallait passer le 7 tranquille en acceptant le fait d’être à +2 pour ensuite attaquer les trous à birdies. Et l’eagle arrive au 8, ce qui fait beaucoup de bien mentalement.

Le résumé du troisième tour

Il vous a aussi fait du bien sur un plan personnel ?
Oui et à Victor aussi. C’est quelqu’un qui aime beaucoup quand on va vers les drapeaux, quand on rentre les birdies. De mon côté, j’ai très bien drivé mais malheureusement j’étais pas dedans sur les attaques de greens. Il a bien su rattraper le coup comme son putt au 15.

Victor Dubuisson réalise un superbe coup au 16. Vous pouvez en parler ?
Mon drive par bien mais il roule un peu trop et termine sur la gauche dans un semblant de bunker. Il a un second coup balle basse à faire et il le réalise parfaitement pour poser la balle à cinq mètres. C’est le genre de situation en foursome où un bogey arrive vite mais ce qu’il a fait nous a permis de rester positif.

Quels ont été ses mots par rapport à votre méforme ?
Il a été cool évidemment. Il n’est pas idiot, il sait que j’ai énormément de pression d’être ici, qui plus est en position de faire un très bon résultat. Par exemple le putt de 1,10m que j’ai au 18 – en descente gauche-droite, grain avec, vent avec, devant tout le monde – est l’un des pires que j’ai pu avoir à faire. Et il est venu me voir en me disant ‘tu la joues morte au trou, si elle rentre c’est bien, sinon on est 6e pour demain c’est bien aussi, je te ferai pas la gueule si tu le rates donc te mets pas la pression’. Et heureusement je l’ai rentrée.

C’est grâce à ça que vous avez pu gardé le sourire tous les deux ?
Je pense que c’est une des raisons pour lesquelles il m’a choisi. Il me connait et je sais comment il réagit. Il sait que je ne le jugerai pas s’il s’énerve. C’est cette bonne attitude qu’on a l’un envers l’autre qui nous garde bien dans le jeu.

Commenter

Cliquez ici pour ajouter un commentaire