Actualités Compétitions Ryder Cup

Golf – Ryder Cup – Bubba Watson a beaucoup appris en tant que vice-capitaine de Ryder Cup

Présent lors des trois dernières éditions de la Ryder Cup, Bubba Watson ne figurait pas parmi les 12 joueurs de l’équipe américaine à Hazeltine en septembre dernier. Septième mondial malgré une fin de saison sans saveur, le génial gaucher n’avait pas été retenu par le capitaine Davis Love III. C’est dans la peau d’un vice-capitaine qu’il a finalement vécu l’écrasante victoire de la team USA. Et le double vainqueur du Masters en a profité pour en apprendre un peu plus sur lui-même : il n’était pas un très bon coéquipier. Présent cette semaine aux Bahamas pour le Hero World Challenge, Bubba est revenu sur ce vice-capitanat et les leçons qu’il en avait tiré.

Sur ses défauts en tant que coéquipiers

« Je me suis rendu compte que je n’étais pas un bon gars pour le capitaine. Quand il me demandait avec qui je voulais jouer, je ne lui donnais qu’un nom que ce soit Webb Simpson ou JB Holmes à la Presidents Cup. Cela limite tellement les possibilités pour l’équipe. Tu ne passes la semaine qu’avec une personne y compris pendant les entraînements. Et quand il faut modifier les paires car quelqu’un est malade ou ne se sent pas bien, ce n’est pas possible : “ Bubba ne s’est entraîné qu’avec ce gars pendant trois jours ”. Je ne m’étais pas rendu compte de ça avant, j’étais concentré sur moi et sur mes parties. A Hazeltine, j’ai réalisé que je n’avais pas été très juste envers mes coéquipiers auparavant. »

Sur sa Ryder en tant que vice-capitaine

« Pour la première fois, j’aidais toute l’équipe et pas seulement mon partenaire. J’ai laissé tomber l’équipe à cause de ça. On est tellement habitué à ne penser qu’à nous et à personne d’autre. A Hazetline, j’ai réalisé que je pouvais faire mieux pour l’équipe si je suis à nouveau retenu un jour parmi les joueurs. J’ai pris tellement de plaisir à aider tout le monde. Cela signifiait même plus que de jouer pour l’équipe, c’était un honneur et un privilège. »

Sur ce que représente la Ryder pour lui

« La Ryder Cup est le dernier tournoi que mon père m’ait vu jouer et cela représentait beaucoup pour moi d’être là, de faire partie de l’équipe et d’être dans le vestiaire en tant que vice capitaine. Cela représentait plus que n’importe quelle autre compétition à laquelle j’ai pu participer. C’est ce que j’ai dit aux gars de l’équipe. Et ils le savaient. Certains m’ont remercié pour ce que j’avais fait pour l’équipe pendant cette semaine, Davis Love m’a dit merci. Personnellement, c’est mieux pour moi de participer de cette façon et de montrer qui j’étais vraiment en dehors du golf. »

Sur un éventuel capitanat

«Devenir capitaine l’équipe de Ryder Cup, c’est un petit peu comme entrer au Hall of Fame. Je ne sais pas si je serais un bon capitaine, je pense pouvoir l’être un jour et j’adorerais l’être. Je le ferais l’année prochaine, ou la suivante ou même tous les ans. Mais ce n’est qu’un rêve. A vrai dire, je pourrais être vice-capitaine toute ma vie. Si vous me proposez maintenant de devenir vice-capitaine à vie, je signe immédiatement car j’ai pris tellement de plaisir cette année.»

mots clés