Actualités Compétitions Ryder Cup

Golf – PGA Tour – Le grand retour de Tiger Woods

Il y a de l’électricité dans l’air cette semaine aux Bahamas, une excitation particulière autour de cette 18e édition du Hero World Challenge réunissant une bonne partie des meilleurs golfeurs de la saison. Avec 3 vainqueurs de Majeurs en 2016, un champion olympique et un chapelet de joueurs de Ryder Cup, ce tournoi hors calendrier réunit l’un des plus beaux champs de joueurs de cette fin d’année. Mais, parmi la centaine de journalistes en provenance du monde entier, accrédités pour l’occasion, un bon nombre n’a fait le déplacement que pour assister au retour tant attendu de Tiger Woods sur les fairways.

Près de 16 mois d’absence

466 jours exactement que Tiger Woods ne s’était plus aligné au départ d’un tournoi… C’était en août 2015, au Wyndham Championship, et le Tigre avait alors pris la 10e place d’un tournoi dont il avait un temps occupé la tête. Woods traversait déjà l’un de ses plus gros passages à vide en carrière, la faute à une accumulation de blessures au dos. Tombé alors au 257e rang mondial, l’ancien numéro 1 n’allait plus toucher un club pendants des mois. Opéré pour la deuxième fois du dos en septembre 2015, Woods touche le fond. « Pendant un ou deux mois, je ne pouvais pas sortir de mon lit, raconte-t-il aujourd’hui. C’était une période très difficile. Les gens me demandaient si j’allais bientôt rejouer alors que j’étais coincé dans mon lit. Comment aurais-je pu taper des balles à 120 miles à l’heure?« 

Les mois passent et l’idée que l’homme aux 14 titres en Majeur a peut être vécu ses derniers instants de joueur pro commence à faire son chemin. S’il a repris l’entraînement, le Tigre n’est pas prêt pour remettre les pieds en tournoi. Au terme d’une saison 2016 blanche, il atteint le 898e rang mondial, de loin son pire en carrière. Quand on lui demande s’il a pensé a raccrocher les clubs, il confesse :  » il y a des moments où ça m’a traversé l’esprit. Quand je m’étais fait opérer du genou, je savais que cela prendrai 9 mois mais que je pourrai revenir. Mais quand il y a des dommages nerveux, c’est très différent. On ne sait jamais combien de temps cela va durer…« 

« Nous voulons juste le regarder pendant ces 4 jours. Peu importe le score, nous voulons notre champion de retour. Nous voulons notre Tiger Woods de retour, nous voulons qu’il rejoue. Qu’il fasse quelques birdies par-ci par-là. Laissons-le mettre un chip-in et faire son fist pump, toutes ces choses qu’il veut faire. C’est Tiger Woods, il peut encore gagner », Bubba Watson, très excité par le retour du Tigre

Un retour repoussé

Pourtant au fil des mois l’idée d’un retour commence à poindre. Des vidéos du Tigre club en main voient petit à petit le jour sur les réseaux sociaux, avant que celui-ci n’annonce enfin son retour pour le premier tournoi de la saison 2017 du PGA Tour. Attendu mi-octobre au Safeway Open, Woods va pourtant se retirer une première fois, puis une seconde au Turkish Open début novembre. Pas prêt.

« J’aurais pu jouer le Safeway après avoir tapé quelques coups, explique-t-il. J’ai déjà joué et gagné des tournois avec moins de préparation, mais je devais mettre toutes les chances de mon côté. Me retirer était une décision difficile à prendre, mais c’était la chose la plus intelligente à faire, même si en tant qu’athlète cela m’a tué de ne pas jouer. Je me sentais prêt mais je me suis dit que si je n’avais pas joué pendant 13 mois, que représentaient 2 mois d’attente en plus ? »

Cette fois c’est la bonne!

Repoussé, le retour de Tiger est programmé finalement pour cette semaine aux Bahamas, à l’occasion du Hero World Challenge dont il est l’hôte. Et cette fois, pas question de se retirer : « Je voulais revenir ici car c’est mon tournoi. Il faut faire partie du Top 50 mondial pour participer, mais le comité a fait une exception (rires). » Cette fois, Woods est bien là. Après avoir partagé 9 trous hier avec Justin Rose, il apparaissait même très détendu ce matin sur le parcours d’Albany. Bavard et souriant comme rarement, il se montrait même blagueur en conférence de presse, avant de filer enquiller quelques chips bien sentis au practice sous l’oeil avide des curieux.

Après une si longue absence, tous les espoirs et quelques doutes accompagnent le Tigre avant son départ en compagnie de Patrick Reed jeudi midi. « J’ai été éloigné du golf pendant longtemps donc je suis forcément un petit peu nerveux. Mais c’est parce que j’attache de l’importance à ce que je fais là-dehors. Je veux gagner, je veux placer ma balle correctement, me donner les meilleurs angles et rentrer ces putts. Mais le plus important est de savoir à quelle vitesse je vais pouvoir retrouver le rythme. Après la mort de mon père, j’avais mis 5 ou 6 trous avant de retrouver ce rythme à Winged Foot (lors de l’US Open 2006). Je vais avoir besoin de trouver le rythme de la partie rapidement et j’espère bien le faire. »

mots clés