Dustin Johnson ex aequo pour le titre Open alors que d'autres grands noms faiblissent

Pour beaucoup des plus grands noms du golf, l'histoire du premier tour du 118e US Open jeudi à Shinnecock Hills pourrait aussi bien s'intituler "Gone With the Wind". Ils ont regardé impuissants leurs scores et leurs chances de gagner. ont été soufflés par des brises raides qui ont souvent rafales de plus de 30 miles par heure.

Phil Mickelson et Bubba Watson ont obtenu un 7-over 77; Jordan Spieth, Joe Rahm et Adam Scott ont travaillé aux années 78; les grands champions Jason Day, Charl Schwartzel et Graeme McDowell ont tous tiré 79; l'ancien champion de l'US Open Rory McIlroy a grimpé à 80, et Martin Kaymer, un grand champion à deux reprises, a tiré 83. Tiger Woods a ouvert le triple bogey-bogey et a finalement publié un 78.

Étant donné ce carnage, le premier jour L'US Open était vraiment plus un test de survie que toute autre chose. Personne n'a mieux géré les conditions que le numéro un mondial Dustin Johnson, qui a sauvé la normale au dernier trou pour un 69 sous la normale qui lui a laissé une égalité de quatre points pour Ian Poulter, Russell Henley et Scott Piercy . Jason Dufner a eu un coup à 70, et le contingent de sept joueurs à 1 sur 71 incluait les anciens grands champions Justin Rose et Henrik Stenson.

Malgré les bogeys sur les trous 12 et 14 après avoir atteint 3, le comportement imperturbable de Johnson , sans parler de sa puissance et de la précision sur le tee, étaient adaptés aux conditions. "Tout ce qui est sous la normale est un très bon score", a déclaré Johnson. "Du début à la fin, c'était très difficile. Vous avez dû vous concentrer sur chaque tir que vous avez touché. "

Johnson a pris quelques bonnes passes sur le neuf avant. Au pair 4, son drive a disparu à l'état brut. L'ancien champion de la PGA, Rich Beem, qui sert d'annonceur sur le parcours, a accidentellement marché sur le ballon dans la recherche qui a suivi, menant à une chute libre pour Johnson, qui l'a ramené au fairway et a bogué le trou. Il y avait un [marshall] qui se tenait là, ils l'ont regardé rebondir là-bas, et il s'est juste tenu debout sur la colline et a attendu que nous allions tous venir », a déclaré Johnson. "Vous penseriez qu'il irait et au moins marquer l'endroit où il était. Mais évidemment, c'était sympa pour (Beem) de trouver ma balle. "

Ensuite, Johnson a creusé un tir de bunker pour birdie au 8ème trou par-4 pour revenir à 2 sous. »Johnson a déclaré:« Comme Johnson, Henley a joué dans l'après-midi quand les vents ont diminué légèrement mais étaient encore assez forts pour aider une course de 408 verges de Justin Thomas au 18e trou. . Henley a crédité son propre pilote pour son succès, mais il a raté les putts de birdie courts aux 15ème et 16ème trous puis bogey le 18.

Malgré cette fin, il est resté positif après avoir appris une leçon à l'US Open de l'an dernier, quand il a explosé dans le dernier tour pour tomber au 27.

"Je l'ai perdu mentalement et j'ai commencé à essayer stupidement "Henley a dit. "Il suffit de prendre une ou deux mauvaises décisions pour les empiler les unes sur les autres, surtout sur un parcours comme celui-ci. Sur le plan émotif, vous devez être en contrôle et croire vraiment en ce que vous faites. "

Poulter, qui a récemment gagné à Houston, a accepté. Il a une histoire de l'US Open qui a débuté en 2004 à Shinnecock Hills, mais jeudi, il a réalisé un birdie des Nos 7 et 11, les deux par 3 les plus difficiles, pour prendre une longueur d'avance sur le peloton

Les États-Unis Ouvre j'ai joué dans le passé, j'ai été déçu », a déclaré Poulter. "J'ai été en colère. J'ai été frustré. Cette semaine, du point de vue de l'état d'esprit, c'est vraiment essayer d'apprécier mon golf. Je l'ai certainement fait aujourd'hui. "

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *