Américains affamés prêts à dévorer un autre titre majeur

(Reuters) – Un groupe talentueux d'Américains affamés ira en Écosse pour la British Open de la semaine prochaine, prêts à poursuivre leur domination récente des grands championnats.

PHOTO DU FICHIER: Golf – Le 146e Championnat Ouvert – Royal Birkdale – Southport, Grande-Bretagne – 23 juillet 2017 L'Américain Jordan Spieth célèbre avec The Claret Jug après avoir remporté l'Open Championship REUTERS / Hannah McKay / Fichier Photo

Les Américains ont gagné Les cinq dernières majors du golf et il est fort probable que le numéro six soit en vue à Carnoustie étant donné la récente forme des meilleurs joueurs du pays, qui ont de la jeunesse de leur côté.

L'Europe compte toujours autant d'acteurs que les États-Unis parmi les 20 premiers au monde, mais les Américains en moyenne sont plus jeunes, presque tous susceptibles de s'améliorer au cours des prochaines années.

Parmi les sept joueurs américains les mieux classés, Justin Thomas, Brooks Koepka, Jordan Spieth, Rickie Fowler et Patrick Reed sont tous dans la vingtaine, avec seulement le numéro un Dustin Johnson et le numéro 11 Bubba Watson dans plus de 30. [19659004] La dominance actuelle est-elle donc une aberration qui va bientôt revenir à la moyenne ou un signe des temps et des choses à venir?

"Je pense que c'est plus qu'une tendance", a déclaré à Reuters le Néo-Zélandais Frank Nobilo, qui a terminé 18e à l'Open de Carnoustie en 1999.

"La plupart des meilleurs joueurs de moins de 30 ans sont américains. Cela rappelle probablement davantage la domination des Américains dans les années 1970, même si le style de golf qu'ils pratiquent est totalement différent. »

Nobilo a observé que les deux plus grands gagnants non américains – Henrik Stenson au British Open 2016 et Sergio Garcia aux Masters 2017 – étaient respectivement âgés de 40 et 37 ans.

"L'Amérique vient d'avoir la chance, ces gamins du même âge, s'affrontant à l'université, se voyant gagner, se côtoyant l'un l'autre", a déclaré Nobilo.

Ce ne sont pas seulement les jeunes Américains, dirigés par le champion en titre Spieth, qui seront une présence formidable à Carnoustie, avec Phil Mickelson, 48 ans, et Tiger Woods, 42 ans, également en lice.

Carnoustie est où l'Américain Ben Hogan a remporté l'Open 1953 dans sa seule apparition, complétant le grand chelem de carrière des quatre majors modernes. Il a également remporté les trois tournois majeurs qu'il a joués cette année-là.

L'Américain Tom Watson y a également gagné en 1975, la première des cinq victoires en Open qui ont montré qu'il n'était pas nécessaire d'être un frappeur de balle naturellement bas pour maîtriser le golf.

"Watson a prouvé que vous pouviez frapper la balle (haute) dans les airs, la frapper fort et faire extrêmement bien", a déclaré Nobilo, ajoutant que les dernières Opens avaient été jouées sur des parcours relativement doux.

"Nous n'avons pas vu d'Open brûlé et sec depuis Hoylake (en 2006)", a-t-il déclaré.

"Quel genre de Carnoustie allez-vous recevoir? Le cours a tellement de caractères différents. "

Reportage par Andrew Both; Montage par Toby Davis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.