Tempêtes coupées Le golf

      Aucun commentaire sur Tempêtes coupées Le golf

ST. LOUIS – Les sirènes ont frappé Bellerive, mettant la deuxième manche du championnat de la PGA en suspens et mettant fin à une journée de pointage rarement vue en majeur.

Gary Woodland a établi le record de 36 trous après un tour où son pilote n'était pas aussi fiable, il n'a pas vu beaucoup de putts et il n'a pas frappé la balle aussi bien que la veille.

"Je peux vivre avec ça", a-t-il déclaré vendredi après un 4- moins de 66.

Ce qui le place à 130 sous la barre des 130, en battant le record du Championnat de la PGA et à égaliser le score de 36 trous de toutes les majeures.

Il y a eu deux tours de 63, un 64 et six 65. Et ce n'était que la moitié du champ de 156 hommes.

Reste à déterminer si le score de Woodland reste en tête. Les tempêtes sont arrivées en forçant une suspension de deux heures, et la PGA of America a déclaré le reste de la journée un lavage quand la pluie a frappé le parcours. Rickie Fowler venait juste d’observer le 10e trou et était à 7 sous.

Tiger Woods avait trois birdies à travers sept trous alors qu’il essayait de se rapprocher.

"Je sentais que je me dirigeais dans la bonne direction" , qui était à 3 sous. "Demain sera une longue journée pour beaucoup d'entre nous."

Le deuxième tour devait reprendre à 8 heures, heure de Fort Wayne. Les greens seraient légèrement plus lisses, le parcours légèrement plus long, l’approche inchangée – voir drapeau, viser le drapeau.

Peut-être était-ce facile pour Woodland de ne pas être trop impressionné. Il jouait avec Kisner, qui a tiré 29 sur le neuf arrière et était au milieu du neuvième fairway – son dernier trou – ayant besoin d'un birdie pour devenir le premier joueur à tirer 62 dans le championnat de la PGA. Il est tombé à l’écart du green, s’écrase trop fort et fait un bogey pour un 64, lui laissant un tir hors de la tête vendredi.

Devant eux, le champion de l’US Open Brooks Koepka, qui avait un birdie de 20 pieds. putt il voulait faire pour aucune autre raison qu'il aime faire des birdies. Celui-ci a manqué, et Koepka s'est rendu compte que c'était pour 62. Au lieu de cela, il a été le 15ème joueur à tirer 63 dans le championnat de la PGA.

"Je n'y ai même pas pensé. J'ai été dans la zone, vous ne savez pas où vous êtes. »

Charl Schwartzel en a ensuite fait 16 avec son huit rounds de 63.

de 12 trous Le plan était de terminer le deuxième tour, de faire la coupe et de commencer immédiatement le troisième tour en triplant les deux tees.

"Je pense que nous sommes dans une bonne position", a déclaré Fowler. "Mais la bonne chose à propos du retard et du retour demain matin, nous obtiendrons des verts frais."

Bellerive n'avait vraiment aucune défense.

Woodland et Kisner ont joué dans le même groupe, et ils ont offert un bon exemple Bellerive s'adapte à presque tous les jeux. Woodland figure parmi les joueurs les plus puissants du golf. Kisner ne l'est pas. Il se fie davantage à un coup franc avec ses fers et à un jeu court.

Le parcours est si doux – pas tellement la pluie de mardi, mais la chaleur extrême qui nécessite plus d’eau sur le gazon – que chaque drapeau est accessible pourvu les joueurs trouvent les larges fairways.

"Les verts sont réceptifs, donc mon fer 4 arrête aussi vite que son fer 7", a déclaré Kisner. "S'ils étaient fermes, je ne pense pas que j'aurais une chance avec la façon dont les greens sont situés et les endroits où ils mettent les drapeaux. Mais étant réceptif, c'est mon seul espoir. »

Le score de 36 trous de Woodland a battu le record de la PGA d'un seul coup, le plus récemment établi par Jimmy Walker et Robert Streb à Baltusrol. Il a également égalé le record de 36 trous pour toutes les majeures, égalant Jordan Spieth aux Masters 2015, Martin Kaymer aux US Open 2014 chez Pinehurst No. 2 et Brandt Snedeker (Royal Lytham & St. Annes en 2012) et Nick Faldo (Muirfield en 1965) au British Open.

Koepka était à 8 sous 132, à deux coups de retard.

Dustin Johnson, numéro 1 mondial, avait un 66 et rejoignait Schwartzel et Thomas Pieters (66) à 133

Spieth a encore de l'espoir dans son deuxième essai en Grand Chelem en carrière. Spieth n’a pas été à égalité jusqu’à son septième trou vendredi – le 16e trou du par 3 – et a réussi à faire assez pour un 66 pour se retrouver à sept coups de la tête.

et sa confiance n'est pas à son apogée. C'est la nature du parcours qui lui fait sentir qu'il a une ascension plus poussée que les sept coups qui le séparent de Woodland.

"Un peu frustré à cet endroit en général", a déclaré Spieth. "Ce cours serait phénoménal – et est probablement phénoménal – s'il ne joue pas en douceur. Vous vous en sortez avec plus. Vous n'avez pas besoin d'être aussi précis. … Personnellement, je préférerais des conditions plus difficiles et plus fermes, plus rapides sur les greens. Cela dit, j'aurais tiré un score beaucoup plus élevé hier. »

Le champion en titre, Justin Thomas, était à 2 sous 7 trous, tandis que Rory McIlroy était frustré par tous les points dans ses sept trous. Un jour comme celui-là, cela signifiait perdre du terrain.

"Il y a eu 16 matches d'affilée d'hier à aujourd'hui, alors j'espère que je pourrai courir ce matin", a déclaré McIlroy.

, la coupe devait être même égale. Woodland, même avec le plus bas score de 36 trous en 60 ans de jeu par coups au Championnat de la PGA, avait encore un long chemin à parcourir. Dans des conditions comme Bellerive, aucune piste n'était sûre.

"Je me sens en sécurité parce que je me sens en sécurité là où se trouve mon jeu", a déclaré Woodland. "Je ne suis pas trop inquiet de ce que font les autres"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *